LES DOULEURS AIGUË, CHRONIQUE ET MALIGNE.

Plusieurs grandes classifications de la douleur existent. Classiquement, on distingue les douleurs aigüe, chronique et maligne.

Marchand (2009) note que la distinction entre la douleur aiguë et la douleur chronique est indispensable. Cependant, la démarcation temporelle qui nous permet de qualifier une douleur varie selon les auteurs.

En général, Bergeron et collaborateurs (2008) note qu’on qualifie comme étant aiguë une douleur lorsque ressentie depuis moins de 3 mois. La douleur aiguë, habituellement transitoire, persiste de quelques secondes à quelques semaines. D’apparition récente, elle est l’expression d’une lésion ou le symptôme d’une affection, une sorte d’alarme de l’organisme pour le protéger face à un problème. Lorsque la menace disparaît et que la douleur se prolonge au-delà du délai normal de guérison, soit plus de 3 à 6 mois, elle devient chronique. Habituellement, une douleur se perpétue sous l’influence de multiples facteurs. On nomme aussi douleur chronique non cancéreuse une douleur persistante.

La douleur maligne ou cancéreuse survient dans les cas de néoplasie ou de son traitement (Bergeron et al, 2008).

Qu’une douleur soit aiguë ou chronique, il est préférable d’envisager une consultation professionnelle visant à établir un diagnostique et un traitement adéquats, pour s’assurer d’une évolution favorable à la poursuite des activités de la vie quotidienne et professionnelles. Bergeron et collaborateurs (2009) notent que lorsqu’une douleur devient chronique, le traitement nécessite souvent une collaboration interdisciplinaire.

Consultez le prochain article pour en savoir plus sur les types de douleurs: les douleurs locale, irrandiante et référée.

 jf Duranleau, pht, D.O.

 

BIBLIOGRAPHIE ET RÉFÉRENCES

-Marchand, S. (2009). Le phénomène de la douleur. Chenelière. 2ième édition.

-Bergeron, Y, Fortin, L, Leclaire, R, (2008). Pathologie Médicale de l’Appareil Locomoteur (2ième édition). Édisem.

2 réponses

Trackbacks (rétroliens) & Pingbacks

  1. […] et santé ne vont pas de pair. Selon Bergeron et collaborateurs (2009), toute douleur chronique ayant pour conséquence une limitation la fonction physique, la fonction psychosociale, les […]

  2. […] l’indice d’une pathologie. Pour venir en aide efficacement à son patient à rétablir sa santé, le professionnel doit évaluer la douleur en étroite collaboration avec le patient (Marchand, […]

Répondre

Want to join the discussion?
Feel free to contribute!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.