Les exercices pour la région lombaire et le membre inférieur.

J’ai appris des notions précieuses lors de cette fin de semaine au sujet des exercices pour la région lombaire et le membre inférieur.

Les muscles sont de 2 catégories: les muscles mobilisateurs et les muscles stabilisateurs, locaux ou globaux. Les muscles mobilisateurs sont surtout en périphérie pour mobiliser les segments des membres supérieurs et inférieurs. Ils sont superficiels et croisent plusieurs articulations. Lors de traumatismes, ils réagissent par un spasme, entraînent de la douleur secondaire et une faiblesse éventuelle. Les muscles stabilisateurs se retrouvent en périphérie, mais surtout au niveau de la colonne vertébrale. Ils anticipent le mouvement et se contractent pour contrôler le mouvement segmentaire (ostéo et arthrocinématique) en zone neutre de l’amplitude de mouvement possible entre 2 os. Le retard de contraction des courts muscles stabilisateurs causent une augmentation du mouvement accessoire entre les os, une usure prématurée des articulations, et les muscles stabilisateurs deviennent trop longs et inefficaces.

Une autre notion très importante est la classification des lombalgies selon les guides de pratique clinique à la fine pointe des connaissances scientifiques. Cette classification décrit 5 types de lombalgie selon l’efficacité des modes d’interventions et les meilleures pratiques offrant le meilleur pronostique: ce sont les types à direction préférentielle d’extension, de flexion, de traction, d’instabilité et de manipulations/mobilisations. Le questionnaire et l’examen physique permet de classifier chaque patient et de pratiquer une intervention thérapeutique basée sur les données scientifiques probantes. Les guides de pratique clinique sont tirés de revues systématiques de la littérature scientifique ou d’études scientifiques et produisent une revue des études en classifiant ces études et mettent à jour les connaissances de pointe pour le traitement de la douleur musculo-squelettique.

 

JF Duranleau, pht, D.O.

 

Références

Les Exercices thérapeutiques pour la clientèle orthopédique en physiothrapie; Partie B: Quadrant inférieur. Leclaire, Denys (2013). Livre de cours.

 

Les exercices thérapeutiques en orthopédie.

Les exercices thérapeutiques pour la clientèle orthopédique en physiothérapie, le quadrant inférieur. C’est le titre du séminaire auquel j’assiste pour les 4 prochains jours. En tant que passionné de l’exercice physique et thérapeutique, je suis très excité d’assister à cette formation post-graduée.

Quelques faits saillants sur l’exercice utilisé en tant que modalité thérapeutique:

  • Au cours des 15 dernières années, beaucoup de recherche au sujet des exercices thérapeutiques, et cette modalité de traitement devient la plus probante des modalités thérapeutique.
  • L’activité physique est la seule intervention thérapeutique ayant pour effet d’accroître la densité osseuse et de diminuer le risque de chute.
  • L’activité physique légère à modérée semble protéger la hanche et le genou contre l’arthrose.
  • Le renforcement et l’activité physique régulière, aérobique et sans impact améliore la fonction, la qualité de vie et diminue la douleur ostéoarticulaire.
  • Dans certaines conditions et paramètres, les exercices de renforcement accroissent la forcele volume et la puissance musculaire, et ce même chez la personne âgée!
  • Une activité aussi simple qu’une marche rapide de 30 minutes, 5 à 6 fois par semaine décroit le risque de mortalité de 50%! En simple: marchez quotidiennement, vivez mieux, mourez plus tard.
  • L’exercice physique atténue la douleur chronique (par la sécrétion d’endorphines), augmente la circulation et l’endurance physique et favorise la guérison, et accroit les résultats d’intervention plus passives, comme la physiothérapie manuelle orthopédique ou l’ostéopathie.

WOW! Comment se passer d’aussi bonnes connaissances et techniques? En entrant dans cette formation de 4 jours, je réfléchis à la meilleure manière d’enseigner et appliquer ces connaissances et techniques pour le bien de nos patients et du plus grand nombre. À suivre…

jf Duranleau, pht, D.O.

 

Références

Les Exercices thérapeutiques pour la clientèle orthopédique en physiothrapie; Partie A: Quadrant Supérieur. Leclaire, Denys (2012). Livre de cours.

 

 

 

 

CONSEILS ET EXERCICES POUR UN ENFANT AVEC PLAGIOCÉPHALIE (TÊTE APLATIE) OU UN TORTICOLIS CONGÉNITAL?

Si vous observez que votre bébé a la tête toujours tournée du même côté ou si sa tête semble asymétrique, il est possible qu’il souffre d’un torticolis, caractérisé par un spasme musculaire au niveau du cou ou de plagiocéphalie, c’est-à-dire l’arrière de la tête de forme aplatie d’un côté et une bosse au niveau du front du même côté.  N’hésitez pas à en parler avec l’infirmière de votre CLSC ou votre pédiatre pour avoir leur avis.  Si tel est le cas, des traitements en ostéopathie pourraient être bénéfiques pour votre enfant. Par contre, avant et entre les consultations, voici une série d’exercices et conseil pour la maison.

 

Les exercices et conseils sont proposés dans le cas d’un torticolis droit, donc une rotation gauche de la tête de l’enfant.

1. Placer le bébé sur le dos avec une serviette roulée sous l’omoplate gauche pour stimuler la rotation de la tête à droite.

2. Placer le bébé sur le ventre avec un coussin dans le dos. Le bébé doit préserver l’alignement de l’oreille avec l’épaule et la hanche. Cet exercice peut se faire des 2 côtés, car il vise le travail global de la tête de l’enfant.

3. Vous pouvez également stimuler le bébé en lui chatouillant la joue droite pour stimuler une rotation droite de la tête de l’enfant. Faire ensuite le même exercice, mais de l’autre côté.

4. Placer l’enfant de 10 à 15 minutes sur le ventre pendant la période d’éveil plusieurs fois par jour (2 à 5 fois).

Il est à noter que pour la sécurité de l’enfant, les exercices doivent se faire sous la supervision d’un adulte. Les exercices peuvent se faire également de l’autre côté pour continuer à stimuler la rotation du côté sain de sorte à ne pas se retrouver avec un torticolis de l’autre côté. Si le problème de torticolis et de plagiocéphalie persiste, les parents devraient consulter leur pédiatre pour examiner le problème et songer au port du casque dans le cas d’une plagiocéphalie sévère.

 

 

LISEZ D’AUTRES TEXTES AU SUJET DE LA PLAGIOCÉPHALIE.

 

Références

LESSARD, S. (2007). Projet de standardisation clinique explorant l’effet du traitement ostéopathique sur les asymétries crâniennes chez les nourrissons, Thèse, Collège d’Études Ostéopathiques de Montréal.

Santé Canada (2009), consulté le (15 mars 2013), de http://www.phac-aspc.gc.ca/hp-ps/dca-dea/publications/bs-dd/app_c-fra.php

GRÉGOIRE, S., QUENNEVILLE, C., (1993) Le torticolis congénital chez les nourrissons Étiologie, anatomo-physiologie et profil ostéopathique crânien, Thèse, Collège d’Études Ostéopathiques de Montréal.

Clinique alternative de gestion de la douleur et de la santé sur la Rive-Sud de Montréal.

Ostéopathie & Cie offre des soins alternatifs de gestion de la douleur et de la santé dans le contexte d’une équipe multidisciplinaire, comprenant plusieurs professionnels de la santé.

Nos ostéopathes, physiothérapeutes, massothérapeute et acupuncteur offrent des solutions conventionnelles ou alternatives pour soulager naturellement et efficacement la douleur et rétablir la santé.

clinique alternative de douleurLa clinique offre un contexte chaleureux et accueillant propice à la détente et au soulagement de la tension et de la douleur. Par un contact personnalisé et chaleureux, nos professionnels proposent des solutions anti-douleurs et pro-santé en tenant compte des besoins personnels et des valeurs de chacun.

Au cœur de la Rive-Sud de Montréal, et au confluant des trois ponts, notre clientèle provient de Montréal, de toute localité de la Rive-Sud de Montréal et de la Montérégie.

SUIVEZ-NOUS sur Facebook et Twitter!

Consultez le dernier article de notre BLOG: la discipline du yoga.

Ostéopathie & Cie | LA CLINIQUE DE LA DOULEUR ET DE LA SANTÉ SUR LA RIVE-SUD DE MONTRÉAL.

La clinique Ostéopathie & Cie offre des solutions conventionnelles et alternatives pour soulager efficacement la douleur et rétablir une santé optimale.

Que ce soit par l’ostéopathie, la physiothérapie, la massothérapie ou l’acupuncture, Ostéopathie & Cie est la clinique de la gestion de la douleur et de la santé dans la région de la Rive-Sud de Montréal.

Nous recevons nos patients dans un contexte chaleureux et accueillant au cœur du vieux Saint-Lambert.
De tous âges, nos clients nous consultent pour soulager une douleur ou optimiser la vitalité et le bien-être.

Que ce soit pour une douleur aiguë ou chronique, une douleur du dos, du cou ou d’autre origine musculo-squelettique, hernie discale, des douleurs reliées à la grossesse et l’accouchement, ou autres problèmes fonctionnels de santé, nos spécialistes travaillent en équipe multi-disciplinaire pour trouver les solutions les plus adaptées et personnalisées à chacun.

Au confluent des trois ponts. Nos patients proviennent de la région du Grand Montréal. Que ce soit de Montréal, St-Bruno, Boucherville, Longueuil, Brossard, St-Hubert, Greenfield Park, St-Lambert, la clinique est facilement accessible pour vous y rendre par les grands axes routiers, l’autobus et le train de banlieue.

 

SUIVEZ-NOUS sur Facebook et Twitter!

LE YOGA COMME DISCIPLINE.

La discipline du yoga. Pourquoi ce titre? Parce que le yoga est une discipline qui inclut toutes les sphères de la vie. Ce n’est pas une religion mais une discipline spirituelle. Ce n’est pas un sport ou une pratique physique, mais une discipline complète qui inclut une discipline personnelle (Niyama) et sociale (Yama), les postures (Asana), la respiration (Pranayama), le retrait des sens (Pratyahara ), la concentration (Dharana), la méditation (Dhyana), et l’union (Samadhi).

la discipline du yogaLes postures ne sont qu’une des 8 composantes. Elles servent à se renforcer et s’assouplir pour être capable de demeurer assis en méditation sans gêne. Le yoga rejoind d’autres pratiques millénaires et elles incluent les mêmes éléments, comme la méditation Vipassana. Mais telle que pratiquée en occident, le yoga est incomplet. Personnellement, je ne fais plus de yoga, n’y ayant pas trouvé ce que j’y ai cherché, soit le calme intérieur, et ayant subi certaines blessures aux articulations des pieds et du dos. Actuellement, certaines voix s’élèvent pour retrouver les racines du yoga.

Écoutez ce très bon documentaire de Radio-Canada et vous m’en reparlerez. Certains praticiens et instructeurs sont très prudents et responsables. Je vous recommande entre autres Christian Pagé du Studio Yoga Source sur la Rive-Sud de Montréal.

 

jf Duranleau, pht, D.O.

 

OSTÉOPATHIE SUR LA RIVE-SUD DE MONTRÉAL (ST-LAMBERT, BROSSARD, LOGUEUIL, ST-HUBERT))

Simon Bouvrette

Simon Bouvrette Ostéopathie St-Lambert Rive-Sud Montréal

  • Baccalauréat sciences (Hons) en ostéopathie au Collège d’Études Ostéopathiques de Montréal certifié par l’Université de Wales (2012).
  • Finissant en ostéopathie à la rédaction d’un mémoire sur les effets du traitement ostéopathique. Dirige actuellement une étude clinique pour vérifier, de façon scientifique, l’effet de l’ostéopathie sur la capacité respiratoire de sujets adultes souffrant d’asthme (recrutement de sujets en cours).
  • Thérapeute en ostéopathie depuis 2010 et spécialisé dans le traitement des douleurs musculo-squelettiques.  Avec ses patients, son objectif principal est le rétablissement des amplitudes articulaires et l’amélioration de la qualité de vie.
  • Passionné par l’ostéopathie depuis longtemps, il en a fait son domaine d’étude pour comprendre les fondements de cette science qui apporte tant de bien aux gens.  Cette thérapie est, selon lui, l’une des meilleures façons de venir en aide aux autres, car elle permet d’apporter un soulagement important à des personnes qui vivent avec des conditions difficiles.
  • Intérêt pour l’enseignement de l’ostéopathie auprès de la population et de ses patients. Ce thérapeute met une emphase sur l’importance d’expliquer en termes simples et précis le but et le type d’intervention qu’il entend appliquer avec ses patients dépendamment de leurs conditions. Il prend le temps d’expliquer la spécificité de l’ostéopathie à tous les néophytes.
  • Intérêts scientifiques et professionnels : dysfonctions musculo-squelettiques (lombalgies, sciatalgies, bursites et tendinites), pathologies du système pulmonaire (asthme, emphysème, MPOC), traitements des bébés (plagiocéphalie et torticolis), femmes enceintes (suivi pré- et post- accouchement).
  • Sujets d’étude actuels : Troubles respiratoires, asthme, insomnie, nutrition.
  • Solide expérience en compétions et en entraînements sportifs : course à pied, biathlon, ski de fond. Les traitements sont accompagnés de conseils misant sur l’importance d’une bonne forme physique et sur la façon de poursuivre un entraînement de manière saine et optimale pour accompagner le retour à la santé.
  • Clientèles bébés, enfants et adultes.
  • Membre d’Ostéopathie Québec.
  • Reçus d’assurances en ostéopathie.

LA HERNIE DISCALE LOMBAIRE: ÉVALUATION ET TRAITEMENT.

Comme pour toute affection neuro-musculo-squelettique, le traitement adéquat d’une hernie discale lombaire (HDL) débute par une évaluation exhaustive des symptômes et des signes présents. Un questionnaire doit documenter le plus précisément l’histoire ayant donné lieu à la HDL. Fréquemment, des mouvements répétés en flexion du dos, des activités prolongées en posture assise causent la HDL. Le questionnaire doit préciser le territoire de la douleur et de symptômes neurologiques (douleur référée, engourdissements, picotements), l’intensité, la durée, les stimuli qui provoquent et soulagent. La douleur est souvent aggravée par les mouvements en flexion du dos, la manœuvre de Valsalva (toux, éternuements, soulèvement de charges, défécation)

La présentation clinique d’une HDL douloureuse varie grandement, d’une lombalgie, à une douleur somatique référée, la douleur radiculaire, la sciatalgie, la radiculopathie, au syndrome de la queue de cheval. Une composante inflammatoire ou ischémique est nécessaire pour qu’une hernie discale devienne symptomatique. Le diagnostique anatomique par imagerie médicale (par-exemple, par IRM) est nécessaire à la bonne conduite du processus thérapeutique. Des épisodes de lombalgie, souvent qualifiés d’entorse lombaire, précèdent souvent le diagnostic de HDL (Bergeron et al, 2008).

L’examen physique peut démontrer une attitude posturale en baïonnette, une limitation des amplitudes de mouvement et des mouvements trop amples du rachis, une musculature abdominale ou spinale déficiente,  et elles des membres inférieurs, des déficits neurologiques des membres inférieurs (perte de réflexes ostéo-tendineux, perte de sensibilité, perte de force et endurance), et signes inflammatoires

Initialement, les anti-inflammatoires prescrits par un médecin ou conseillés par un pharmacien soulagent la douleur aiguë. Le repos relatif à toute posture, mouvements ou activités provoquant la douleur est nécessaire pour un soulagement soutenu. Les activités de la vie quotidienne sont souvent en cause dans la genèse d’une hernie discale. Les mouvements répétés en flexion avant, rotation et en flexion avant et torsion, ainsi que les postures prolongées en flexion (se pencher en avant et assis) en sont souvent les causes. Il faut absolument éviter ces mouvements répétés et posture prolongées pour amorcer un traitement efficace et éviter les rechutes (Sarhmann et al., 2012).

JF Duranleau, pht, D.O.

 

 

BIBLIOGRAPHIE

Précis d’anatomie clinique d’orthopédie. Thompson, J.C.. Collection Netter. Elsevier Masson (2008).

Pathologie Médicale de l’Appareil Locomoteur (2ième édition). Bergeron, Fortin, Leclaire. Éditions Maloine (2008).

Sarhmann et al. (2012) Notes de cours

UNE HERNIE DISCALE, QU’EST-CE QUE C’EST?

La hernie discale (HD) est une blessure d’un disque intervertébral de la colonne vertébrale. D’un point de vue anatomique, la colonne vertébrale se constitue par un empilement alterné de vertèbres et de disques intervertébraux. La colonne vertébrale compte 24 vertèbres et 23 disques intervertébraux, et les disques se fondent en une colonne antérieure avec les corps vertébraux. Le disque intervertébral est constitué en deux parties: d’un anneau fibreux (annulus fibrosus) formant une enveloppe autour d’un noyau gélatineux (nucleus pulposus).

CAUSES DES HERNIES

La colonne vertébrale subit des forces de compression, de cisaillement et de vibrations qui varient avec les mouvements, les postures et les activités. Le disque sain se comporte comme un amortisseur de chocs, absorbant et répartissant les contraintes mécaniques que subit la colonne vertébrale.

Une étude classique (Nachemson et Elfstrom, 1970) a permis de mesurer la pression intradiscale sur le troisième disque de la région lombaire dans différentes activités. En se servant de la posture debout comme référence, ces chercheurs établissent diverses activités de la vie quotidienne en ordre croissant de contrainte : couché, debout, marcher, se torsionner, tousser, sauter, se cisailler, rire, soulever une charge adéquatement, se pencher en avant avec une charge de 20 kg dans les mains, soulever une charge de façon inadéquate. La flexion avant et le soulèvement de charges sont de loin les activités causant une charge excessive sur les disques étudiés.

Évidemment, Maigne rappelle que plus un disque se situe au bas du rachis plus la charge supportée par les disques s’accroit. Très fréquentes à la région lombaire, les hernies discales se produisent aussi au niveau cervical, et moins souvent à la région thoracique.

TYPES DE LÉSIONS DISCALES

Maigne indique qu’il existe deux types de fissures discales: annulaires et radiées.

Les fissures annulaires sont la conséquence de mouvements de torsion forcées ou répétées dont l’axe de mouvement passe par le tiers postérieur du disque. Ce genre de forces causent un cisaillement provoquant des déchirures circonférentielles de l’anneau. Ainsi, le matériel nucléaire n’est pas touché, et elles ne sont pas détectées aux tests d’imagerie classiques (IRM, SCAN, discographie).

Les fissures radiaires se produisent sous l’effet de traumatismes, d’efforts violents ou de mauvaises postures produisant une compression très forte du disque. Elles peuvent donc s’accompagner de fractures du plateau vertébral. Elles peuvent engendrer une dégradation isolée du noyau ou des fissures radiales de l’anneau. Des fissures radiales assez larges peuvent laisser s’infiltrer du matériel nucléaire. Maigne qualifie les hernies discales en trois degrés (nommés 1 à 3) de pénétration du nucléus dans la fissure. Une HD de troisième degré peut atteindre le tiers externe de la périphérie de l’anneau. Puisque seule le tiers externe de l’anneau est innervé et une fissure radiaire de troisième degré peut devenir douloureuse. À ce stade, la dégradation inflammatoire s’étend sur toute l’épaisseur de l’anneau résiduel et facilite la formation d’une HD sous l’effet d’une force compressive sur le noyau. Plusieurs auteurs (Maigne, 2006; Bergeron et al, 2008) soulignent  que la HD symptomatique implique la présence d’inflammation (douleur, œdème, chaleur, rougeur) ou d’ischémie (diminution d’oxygène tissulaire).

PROTRUSION, PROLAPSE, HERNIE DISCALE ET SEQUESTRATION

Sans rupture complète de l’anneau, une fissure discale de troisième degré peut créer un renflement du disque (Maigne, 2006). Magee (2006) nomme ce phénomène une protrusion discale.  Un prolapsus se produit lorsque seules les fibres les plus externes de l’anneau retiennent le noyau. Lorsque l’anneau est complètement perforé, la fissure devient fistule et la hernie discale se produit par extrusion d’une partie du matériel nucléaire dans l’espace épidural du canal rachidien. Du matériel nucléaire (noyau et anneau) peut se détacher du disque et produire une séquestration de fragments libres dans l’espace épidural.

Le canal rachidien, au centre de la colonne vertébral, contient la moelle épinière, des racines et des nerfs ainsi que les veines et artères qui les accompagnent, la zone discale affaiblie et l’inflammation qui l’accompagne peuvent entrer en conflit avec ces éléments vasculo-nerveux, comprimer et causer une ischémie tissulaire, c’est-à-dire un déficit d’oxygène dans les tissus comprimés (Maigne, 2006; Bergeron et al, 2008). C’est l’inflammation et l’ischémie qui causent une partie des symptômes associés à la hernie discale.

SIGNES ET SYMPTÔMES DES HERNIES DISCALES

Très fréquentes à la région lombaire, les hernies discales se produisent au niveau cervical, et moins souvent à la région thoracique. Très variés, les signes et symptômes associés à une hernie discale varient selon le niveau vertébral du disque affecté, sa situation et son importance.

En général, une hernie discale peut causer des douleurs locales, projetées (étendues dans la région). Si la hernie discale entre en conflit avec des éléments nerveux, elle peut causer des symptômes neurologiques: une hypoesthésie (engourdissements), des paresthésies (sensations diverses, soit fourmillements, démangeaisons, etc), des douleurs référées (étendues dans un membre), et d’autres symptômes plus spécifiques < la région touchée.

COMPLICATIONS DES HERNIES DISCALES

Souvent asymptomatique, la présence prolongée d’une HD entraîne une dégénérescence accrue du l’étage intervertébral Bergeron et al, 2008). Des affections diverses peuvent accompagner la HD, tels la radiculopathie, l’arthrose, les sténoses spinale et foraminale, le syndrome de la queue de cheval.

Venez lire le prochain article : L’évaluation et le traitement des hernies discales .

jf Duranleau, pht, D.O.

 

BIBLIOGRAPHIE

Précis d’anatomie clinique d’orthopédie. Thompson, J.C.. Collection Netter. Elsevier Masson (2008).

Pathologie Médicale de l’Appareil Locomoteur (2ième édition). Bergeron, Fortin, Leclaire. Éditions Maloine (2008).

Maigne (2006)

Magee (2008)

(Nachemson et Elfstrom, 1970)

Ostéopathie sur la Rive-Sud de Montréal (St-Lambert, Brossard, Longueuil, St-Hubert)

Simon Bouvrette

Simon Bouvrette Ostéopathie St-Lambert Rive-Sud Montréal

  • Baccalauréat sciences (Hons) en ostéopathie du Collège d’Études Ostéopathiques de Montréal et certifié par l’Université de Wales (2012).
  • Finissant en ostéopathie en rédaction d’un mémoire sur les effets du traitement ostéopathique. Dirige actuellement une étude clinique pour vérifier, de façon scientifique, l’effet de l’ostéopathie sur la capacité respiratoire de sujets adultes souffrant d’asthme (recrutement de sujets en cours).
  • Thérapeute en ostéopathie depuis 2010 et spécialisé dans le traitement des douleurs musculo-squelettiques. Son objectif principal, avec ses patients, est le rétablissement des amplitudes articulaires et l’amélioration de la qualité de vie.
  • Passionné par l’ostéopathie depuis longtemps, il en a fait son domaine d’étude pour comprendre les fondements de cette science qui apporte tant de bien aux gens. Cette thérapie est, selon lui, l’une des meilleures façons de venir en aide aux autres, car elle permet d’apporter un soulagement important à des personnes qui vivent avec des conditions difficiles.
  • Intérêt pour l’enseignement de l’ostéopathie auprès de la population et de ses patients. Ce thérapeute met une emphase sur l’importance d’expliquer en termes simples et précis le but et le type d’intervention qu’il entend appliquer avec ses patients dépendamment de leurs conditions. Il prend le temps d’expliquer la spécificité de l’ostéopathie à tous les néophytes.
  • Intérêts scientifiques et professionnels : dysfonctions musculo-squelettiques (lombalgies, sciatalgies, bursites et tendinites), pathologies du système pulmonaire (asthme, emphysème, MPOC), traitements des bébés (plagiocéphalie, torticolis et régurgitations), Migraines et maux de tête, femmes enceintes (suivi pré et post accouchement).
  • Sujets d’étude actuels : Troubles respiratoires, asthme, insomnie, maux de tête et migraine, exercices d’étirements.
  • Solide expérience en compétions et en entraînements sportifs : course à pied, biathlon, ski de fond. Les traitements sont accompagnés de conseils misant sur l’importance d’une bonne forme physique et sur la façon de poursuivre un entraînement de manière saine et optimale pour accompagner le retour à la santé.
  • Clientèles bébés, enfants et adultes.
  • Membre d’Ostéopathie Québec.
  • Membre de RITMA.
  • Reçus d’assurances en ostéopathie.