Classifications et caractéristiques de la douleur.

Pour le clinicien, la douleur est d’abord un symptôme, l’indice d’une pathologie. Pour venir en aide efficacement à son patient à rétablir sa santé, le professionnel doit évaluer la douleur en étroite collaboration avec le patient (Marchand, 2009), et établir précisément le tableau de l’expérience douloureuse.

Plusieurs grandes classifications de la douleur existent. Classiquement, plusieurs auteurs (Bergeron et collaborateurs, 2008; Goodman et Syder, 2007; Marchand, 2009) présentent une classification mécanistique de la douleur, permettant d’identifier la  source tissulaire de douleur. Goodman et Snyder (2007) décrivent les caractéristiques de la douleur en termes similaires et pratiques d’un point de vue clinique, selon l’historique de la douleur, la localisation, la description, l’intensité, la fréquence et durée, les facteurs aggravants et apaisants, et d’autres symptômes associés.

Classiquement, on distingue trois grandes catégories de douleurs : aiguë, chronique et maligne (Bergeron et al, 2008).

Consultez articles publiés antérieurement ou nos prochains articles pour en savoir plus.

 jf Duranleau, pht, D.O.

BIBLIOGRAPHIE ET RÉFÉRENCES

-Bergeron, Y, Fortin, L, Leclaire, R, (2008). Pathologie Médicale de l’Appareil Locomoteur (2ième édition). Édisem.

-Goodman, C, Snyder, K. (2007). Differential Diagnosis for Physical Therapists: Screening for Referral. Saunders.

-Marchand, S. (2009). Le phénomène de la douleur. Chenelière. 2ième édition.

1 réponse

Trackbacks (rétroliens) & Pingbacks

  1. […] distingue plusieurs types de douleurs selon sa localisation. Ainsi, une douleur peut être qualifiée de douleur locale, irradiée ou […]

Répondre

Want to join the discussion?
Feel free to contribute!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *