Les douleurs locale, irradiante et référée

On distingue plusieurs types de douleurs selon sa localisation de la sensation douloureuse. Ainsi, une douleur peut être qualifiée de douleur locale, irradiée ou référée. La douleur locale est ressentie à l’endroit même où prend naissance une lésion tissulaire. Le patient peut pointer précisément l’endroit douloureux. La douleur locale indique qu’une blessure est probablement superficielle et peu sévère.

La douleur irradiée origine à un endroit précis, mais la lésion prend probablement naissance plus profondément, dans le système musculo-squelettique profond ou dans les viscères. La douleur irradiée, dermatogénique, est ressentie dans le territoire sensitif d’un nerf spinal ou d’un nerf périphérique. La sensation douloureuse irradiée est alors plus diffuse que la douleur locale.

La douleur référée est une douleur ressentie à distance du foyer local de lésion, pouvant s’accompagner d’autres symptômes neurologiques, comme une hypoesthésie (engourdissements) ou une anesthésie, des paresthésies (sensations anormales, comme des picotements, des fourmillements, des chocs électriques), ou de dysesthésie. La douleur référée, dite sclérogénique, résulte d’une convergence des informations afférentes somatiques et viscérales d’un même segment embryonnaire (sclérotome).

La hernie discale est un bon exemple de douleur qui implique fréquemment une douleur locale, irradiée et référée. Sans conflit avec les éléments nerveux, la lésion discale, profondément située au niveau du rachis, provoque des douleurs locales et irradiée. Dans le cas où la hernie discale entre en conflit avec une racine nerveuse, la moelle épinière ou la queue de cheval, une douleur référée et d’autres symptômes accompagnés sont provoqués par la hernie du disque intervertébral.

Consultez le prochain article pour en savoir plus sur les types de douleurs et les sensations douloureuses.

jf Duranleau, Physiothérapeute et ostéopathe douleur

 

 

 

 

 

jf Duranleau, pht, D.O.

 

BIBLIOGRAPHIE

-Marchand, S. (2009). Le phénomène de la douleur. Chenelière. 2ième édition.

-Bergeron, Y, Fortin, L, Leclaire, R, (2008). Pathologie Médicale de l’Appareil Locomoteur (2ième édition). Édisem.

1 réponse

Trackbacks (rétroliens) & Pingbacks

  1. […] termes similaires et pratiques d’un point de vue clinique, selon l’historique de la douleur, la localisation, la description, l’intensité, la fréquence et durée, les facteurs aggravants et apaisants, et […]

Répondre

Want to join the discussion?
Feel free to contribute!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *